Zoom sur les isolants du futur

Alors que les réglementations en matière d’énergie imposent des performances thermiques de plus en plus strictes, la question de l’isolation s’impose comme un enjeu essentiel dans la conception et la rénovation des habitations. Ainsi, les matériaux isolants ne cessent d’évoluer et de se révolutionner, avec des épaisseurs de plus en plus faibles et une efficacité d’isolation de plus en plus importante.

Les isolants innovants rivalisent d’ingéniosité pour atteindre des niveaux de performances importants, en termes d’écologie, de respect de l’environnement et d’économie d’énergie. Encore peu connus du grand public, les nouveaux isolants s’imposeront certainement dans les années à venir comme étant la norme, pour une alliance parfaite entre confort et efficacité thermique.

Parmi ces isolants nouvelle génération, nous pouvons citer les panneaux sous vide et l’aérogel de silice.

L’aérogel de silice

L’aérogel est un matériau qui ressemble à un gel, mais qui est composé majoritairement de gaz, plutôt que de liquide. La présence d’air confère à ce matériau un aspect solide, tout en gardant une très faible densité. L’aérogel est un élément translucide, extrêmement léger, assez semblable au polystyrène au toucher et pouvant se briser comme du verre à la suite d’une forte pression.

L’aérogel de silice est un super isolant à pression atmosphérique nano structuré, fabriqué à partir de silicate amorphe et d’un solvant. Une fois mélangés, ces deux composants donnent un gel qui est ensuite transformé en une structure poreuse, au moyen d’un procédé de séchage chimique supercritique. C’est le remplacement du liquide du gel de silice par du gaz qui constitue le principal enjeu de cette technique de fabrication.

Se présentant sous forme de gel transparent, il possède une faible conductivité thermique et un pouvoir isolant important, ainsi qu’une forte résistance à l’humidité, à la chaleur et au vieillissement. Sur le marché, les aérogels sont disponibles sous forme d’enduits isolants, de mortiers, de ciment ou de granulés.

Pouvant supporter jusqu’à 2000 fois son poids, l’aérogel de silice permet de réaliser des économies d’énergie importantes.

Isolant révolutionnaire, l’aérogel de silice présente une performance thermique plus importante que celle de la fibre de verre, grâce à sa teneur d’air à plus de 99%, capturé dans des pores de taille nanométrique. Ses propriétés permettent de réduire l’épaisseur de l’isolant nécessaire à la maison, ce qui assure un gain de surface habitable.

L’aérogel de silice ne cesse de séduire les constructeurs et les propriétaires qui désirent effectuer des travaux de rénovation énergétique chez eux.

Quand les nanotechnologies se mettent au service de l’isolation, cela donne des matériaux exceptionnels, même si les aérogels sont encore chers et assez peu utilisés.

L’aérogel de silice, de nombreux avantages

Il s’agit à l’heure actuelle du meilleur isolant thermique, totalement recyclable, permettant un gain d’espace habitable et pouvant être utilisé aussi bien en intérieur qu’en extérieur.

L’aérogel de silice offre une efficacité inégalée en matière d’isolation thermique, jusqu’à trois fois plus importantes que le polystyrène par exemple, ce qui garantit la réalisation d’économies d’énergie pouvant atteindre les 70%.

Ce matériau isolant présente également une bonne résistance à l’usure, grâce à ses propriétés d’hydrophobie, qui lui permettent de ne pas absorber l’eau. Par ailleurs, à performances thermiques équivalentes, l’aérogel de silice nécessite moins d’épaisseur que d’autres isolants traditionnels, ce qui assure un gain d’espace dans le cadre de travaux d’innovation énergétique.

Face aux enjeux de l’isolation, qui est souvent imposée sinon encouragée par les contextes législatifs, l’aérogel de silice s’impose aujourd’hui comme une réponse efficace, permettant à la fois de gagner en confort intérieur et de dépenser moins d’énergie.

Les panneaux isolants sous vide

L’isolation sous vide est une technique révolutionnaire, qui consiste à tirer profit d’une propriété physique toute simple, à savoir que le vide ne transmet pas la chaleur. Les isolants sous vide obéissent au même principe que les panneaux ordinaires, où un sandwich de contreplaqué bloque un matériau isolant.

L’isolant est composé d’un élément central, qui est un matériau poreux à base de silice nanostructurée, recouverte d’une couche étanche, le tout travaillé sous vide. Le principal enjeu de cette technique est d’envelopper le vide, en l’enfermant dans un matériau tel qu’une coque en silice amorphe, elle-même recouverte d’un film en polyester métallisé soudé à chaud. Du polystyrène extrudé est ensuite utilisé pour envelopper la plaque des deux côtés.

Ce type d’isolant présente certaines contraintes techniques non négligeables. Le vide devant être maintenu, les panneaux ne peuvent pas être découpés sur le chantier, et ils nécessitent la réalisation d’un calepinage précis afin d’évaluer le nombre de panneaux utiles aux surfaces à isoler. D’un autre côté, la pose des isolants sous vide se fait sur une ossature métallique, spécialement dans le cadre de maisons individuelles.

L’utilisation des panneaux isolants sous vide, ou PIV, est assez récente dans le cadre de la rénovation énergétique des habitations. Avant cela, ces systèmes étaient employés dans l’isolation des dispositifs de réfrigération.

Pour empêcher la chaleur de circuler, le procédé de fabrication se base sur un noyau nanoporeux composé de silice sous vide, enveloppé d’un film comprenant plusieurs couches. Cette technique permet d’obtenir une fine épaisseur, ce qui représente un gain important de surface habitable.

Ces nouveaux isolants se caractérisent par leur côté écoresponsable, leur durabilité et leurs performances thermiques importantes, tout en étant respectueux de l’environnement.

Vous Pouvez Aussi Comme

A propos de l'Auteur: Daniel

Je bosse depuis mes 20 ans dans le bâtiment. Je m'y connais donc très bien en construction/rénovation !